Charles Bilas

 
 
cadre
fond


n°   rue Cochige, 6
 
Voguant de la couleur au noir et blanc, je peins tout ce qui me passe par les yeux, sous la
main : la joie des corps qui s’ébrouent en toute liberté, l’ondulation des eaux, le
poudroiement de la lumière sur toutes choses concrètes ou abstraites, la joie de crier des
mots incongrus, la joie de les tracer sur la surface étale du papier.
C’est un espace imaginaire, un lieu de fuite, un rêve qui nous élève au-dessus des miasmes
quotidiens, un sublime superflu qui nous permet d’être attentifs à la mutation des choses
visibles de ce monde.
 

image image image

image

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

logo